Covid-19 : Recherche et innovation

Covid-19 : La Région soutient l’innovation technologique en réponse à la crise sanitaire

La santé constitue l’un des plus importants domaines de recherche en Pays de la Loire. Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, la Région est plus que jamais mobilisée aux côtés de la communauté scientifique et apporte son soutien à plusieurs projets de recherche prometteurs. Elle accompagne également des initiatives en matière de recherche et développement.

Zoom sur 5 projets de recherche prometteurs soutenus par la Région 

  • La société de biotechnologie nantaise Xenothera dispose d’une expertise et d’une technologie reconnues et éprouvées dans le domaine de la fabrication d’anticorps, déjà utilisées en matière de greffes d’organes. Elle effectue depuis plusieurs années des recherches sur les infections liées au coronavirus, ce qui l’a amenée à mettre au service de la lutte contre le Covid-19 son produit XAV-19 et à engager, en concertation avec les spécialistes du CHU de Nantes, un processus accéléré d’essais cliniques. La Région des Pays de la Loire a décidé, le 9 avril dernier, de soutenir la démarche de Xenothera en lui octroyant une aide immédiate de 200 000 € qui sera complétée ultérieurement.
     

  • La Région des Pays de la Loire s’engage, à hauteur de 300 000 €, pour soutenir l’étude Hycovid menée par le CHU d’Angers en collaboration avec 36 autres hôpitaux, sur les véritables effets de la chloroquine chez les patients contaminés par le Covid-19. Si ce projet est suspendu depuis le 27 mai, à la suite de l’interdiction de l’utilisation de l’hydroxychloroquine par le Ministère de la santé, la Région maintient son soutien financier qu’elle adapte en fonction de la volumétrie des études cliniques engagées par l’équipe du CHU d’Angers.

  • Parmi les projets de recherche retenus par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre de l’appel Flash Covid-19 visant à mobiliser les communautés scientifiques sur des problématiques en lien avec le développement de l’épidémie, figurent deux projets ligériens. La Région apporte un soutien financier pour le développement de ces projets portés par Antoine Roquilly, bénéficiaire par ailleurs du dispositif régional Étoiles montantes et récemment lauréat d’un projet européen H2020 de grande envergure (projet HAP²), et par Michel de Waard de l’Institut du thorax de l’Inserm de Nantes. Pour ces deux projets, l’aide régionale s’élève respectivement à 198 000 € et 199 000 €.

  • À Nantes, un collectif d’universitaires, d'ingénieurs et de professionnels de la santé, les Makers for life, a imaginé un nouveau modèle de respirateur artificiel qui pourrait renforcer les équipements des CHU face au Covid-19. Baptisé MakAir, le respirateur, en attente d’homologation, a la particularité d’être fabriqué avec des composants électroniques standards et peu chers. Il est l’œuvre collective d'ingénieurs et de professionnels du CHU et de l'Université de Nantes, emmenés par Pierre-Antoine Gourraud, enseignant-chercheur à l'Université de Nantes, praticien hospitalier au CHU de Nantes et membre du collectif Makers for life. La Région participe à hauteur de 20 000 € au projet auprès de l'Université de Nantes.

  • Grâce au soutien de la Région des Pays de la Loire, Armor mobilise ses capacités de fabrication additive (3D) afin de fournir du matériel de protection homologué aux personnels soignants ainsi qu’aux corps de métiers concernés (gendarmes, policiers, pompiers, pharmaciens…). Les sites Airbus de Nantes et de Saint-Nazaire mettent leurs imprimantes 3D à disposition pour fabriquer les serre-têtes de la visière. Le groupe Adveo, leader européen en matériel de bureau, fournit quant à lui plusieurs milliers de feuilles PVC.
    Face à la crise sanitaire et pour répondre aux besoins urgents, la Région a souhaité soutenir la fabrication des visières de protection, en complément d’autres initiatives de collecte d’équipements de protection individuelle nécessaires à tout le personnel soignant. Le financement régional a permis de lancer rapidement la fabrication de 20 000 visières de protection. Le modèle de visière a été conçu par Armor avec l’Université de Nantes et validé par le CHU de Nantes.